​Saïda : le complexe sportif rebaptisé au nom du défunt moudjahid Saïd Amara

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Sid Ali Khaldi, a procédé jeudi à la dénomination du complexe sportif "13 avril 1958" de la ville de Saïda du nom de l’ancien joueur de l’équipe de football du FLN et défunt martyr Saïd Amara à l’occasion de la Journée nationale du moudjahid, coïncidant avec le 20 août.

A cette occasion, le ministre a souligné que la nouvelle dénomination du complexe du nom du moudjahid, le regretté Saïd Amara, "vient honorer cet homme symbole dans le domaine sportif qui a rendu d’énormes services au football algérien", estimant qu’ "avec la disparition du regretté Saïd Amara, l’Algérie et toute la famille sportive et footballistique perd l’un de ses plus éminents monuments."

Le ministre a indiqué que "le regretté Saïd Amara a consacré sa jeunesse, en compagnie d’un groupe de ses amis, à l’indépendance de ce cher pays et a dédié sa vie au service du sport, débutant comme footballeur, puis comme entraineur qui a réussi, puis comme cadre dans le secteur de la jeunesse et des sports."

Sid Ali Khaldi a visité, au niveau du complexe sportif Saïd Amara, une exposition de photos retraçant le parcours du regretté comme joueur, entraineur et dirigeant sportif.

C'est la Ligue de football professionnel (LFP) qui a proposé de baptiser le stade 13-Avril de la ville de Saïda, au nom du défunt Saïd Amara, l'ancien joueur de la glorieuse équipe du FLN décédé le 9 août dernier à l’âge de 87 ans.

Cette proposition a été faite par le président de la LFP, Abdelkrim Medouar, lors de l’audience que lui a accordée le wali de Saïda, Saïd Sayoud, lundi en marge de la visite au domicile du défunt pour présenter les condoléances de son staff.

Né le 11 mars 1933 à Saïda (Ouest de l'Algérie), Saïd Amara avait entamé sa carrière de joueur au Gaite club de Saïda (1951-1953), avant de rejoindre le SC Bel-Abbès (1953-1956).

Cet ancien milieu de terrain se fait connaître au RC Strasbourg (France) durant la saison 1956-1957. Il a été transféré ensuite à l'AS Béziers la saison suivante et y resta jusqu'en 1960, année qui le voit propulsé sous les feux des projecteurs en rejoignant l'équipe du FLN.

Ancien président de la FAF, Saïd Amara avait été sélectionneur de l'équipe nationale à deux reprises, entre 1972 et 1974. En 1999, il décida de mettre fin à sa carrière d'entraîneur après avoir dirigé pendant une saison la formation libyenne du Ahly Benghazi