​Décès du journaliste Ahmed Achour : Les condoléances de la LFP

Le milieu de la presse et du sport est sous le choc, Il vient de perdre un des doyens de la presse sportive en la personne d’Ahmed Achour, mort brutalement ce jeudi à l’âge de 68 ans suite à une crise cardiaque.

Journaliste au journal LE TEMPS, Ahmed se préparait à prendre sa retraite après une longue carrière qui a débuté en 1969, alors qu’il était encore lycéen.

Il a fait ses premières classes dans le journal EL MOUDJAHID, Il avait menée une carrière de pigiste dans ce journal tout en poursuivant en parallèle des études en Chirurgie dentaire à la faculté d’Alger.

Avec le diplôme obtenu en 1977, Il a ouvert dans les années 80 un cabinet dentaire dans son village natal de Khemis El khechna mais les conditions sécuritaires de l’époque n’étaient appropriées pour qu’il puisse continuer à exercer ce métier dans ce village.

Ahmed Achour n’avait jamais coupé ses liens avec le milieu de la presse, il a toujours continué à le fréquenter. Dans les années quatre vingt dix, le journal EL MOUDJAHID lui propose un poste permanent. Il est resté dans cet organe quelques années avant de travailler pour d’autres journaux comme LIBERTE puis l’EXPRESSION et LE TEMPS.

Ahmed Achour, un passionné du sport a connu de toutes les générations de journalistes et de sportifs. Il a couvert de grandes manifestations sportives nationales et intarnationales (Jeux olympiques et coupe du monde). Le dernier événement couvert est le symposium organisé par la FAF les 10 et 11 décembre dernier.

On peut affirmer qu’il était très apprécié par le milieu sportif pour sa sobriété, sa gentillesse et ses qualités morales.

La Ligue de Football Professionnel qui a appris avec consternation la nouvelle du décès de Ahmed Achour, adresse à sa famille et ses proches, ses condoléances les plus attristées. M.Mahfoud Kerbadj, président de la LFP, leur exprime, au nom du conseil et de tout le personnel de la Ligue , toute sa sympathie.

Puisse Allah Tout-Puissant Accueillir le défunt en Son Vaste Paradis.

« A Allah nous appartenons et à Lui nous retournons »